En continu

Fête du Sillon Sacré: bons présages pour les récoltes

Phnom Penh, 12 mai 2009, 8H30. Revêtu de ses habits d’or, juché sur son trône, il pénètre dans l’enceinte sacrée, porté par ses gardes. Celui qui, cette année incarne le roi de Meak, gardien des greniers du Palais royal est le président de la Cour suprême du Cambodge, Dith Munthy. La cérémonie du Labour Royal qui a lieu chaque année sur l’esplanade Veal Mean, face au Musé national, marque le début de la saison des pluies et des travaux agricoles. Et c’est à ce haut dignitaire que revient ce matin l’honneur de perpétuer la tradition.

De chaque coté du tapis rouge, la fanfare royale et la police font une haie d’honneur. Au fond, devant le Musée national, la tribune royale a été érigée pour la circonstance. Le roi y a déjà pris place depuis quelques minutes.

De chaque coté du tapis rouge, la fanfare royale et la police font une haie d’honneur. Au fond, devant le Musée national, la tribune royale a été érigée pour la circonstance. Le roi y a déjà pris place depuis quelques minutes.

Selon la tradition, le roi traverse l’esplanade avant que le cortège ne quitte le Palais royal. Arrivé à bord d’une Mercédès noire, Norodom Sihamoni est accueilli par Chea Sim, président du Sénat (à droite).

Selon la tradition, le roi traverse l’esplanade avant que le cortège ne quitte le Palais royal. Arrivé à bord d’une Mercédès noire, Norodom Sihamoni est accueilli par Chea Sim, président du Sénat (à droite). Photo  Krystel Maurice

 

Le long du boulevard Sothéaros, les gardes du Palais ouvrent la marche, suivis des musiciens.

Le long du boulevard Sothéaros, les gardes du Palais ouvrent la marche.

 Les musiciens du Palais royal.

Les musiciens du Palais royal.

Les brahmanes du Palais royal, également appelés Bakou.

Les brahmanes du Palais royal, également appelés Bakou.

Tout de blanc vêtus, cheveux longs attachés en chignons, les brahmanes du Palais royal qu’on appelle les Bakou jouent un rôle très important dans cette cérémonie. Rituellement, cette fête a lieu le quatrième jour de la lune décroissante de mai. Durant les trois jours qui précèdent, les brahmanes prient Çiva, le dieu suprême de l’hindouisme qui rythme la vie et la mort. Cette divinité, très présente au Cambodge, est souvent représentée sous la forme du lingua. Une statue de Çiva est d’ailleurs installée dans chacun des cinq pavillons dressés pour l’occasion sur l’esplanade Veal Mean.
Mais, fonction des plus importantes aux yeux de la population, ce sont ces brahmanes qui, à la fin de la cérémonie, feront les prédictions sur la qualité de la récolte pour l’année à venir.

Dith Munthy, le président de la Cour suprême dans le rôle du roi de Meak.

Dith Munthy, le président de la Cour suprême dans le rôle du roi de Meak.

L'épouse de Dith Munthy dans le rôle et de la reine Me Huo.

L’épouse de Dith Munthy dans le rôle et de la reine Me Huo.

Précédé des brahmanes, le couple se rend vers l’un des pavillons qui abritent une représentation de Çiva pour prier.

Les brahmanes prient en aspergeant la terre d’eau lustrale.  Photo© Krystel Maurice

Les brahmanes prient en aspergeant la terre d’eau lustrale.
Photo© Krystel Maurice

Précédent les attelages, les brahmanes prient en aspergeant la terre d’eau lustrale. Dans l’ancien royaume Khmer, cette eau purificatrice était versée sur les statues des divinités ou sur les personnages importants. Elle était le plus souvent contenue dans des bouteilles en terre cuite à haut col évasé comme celle que l’on voit sur cette photo. La conque avait également la même fonction.
La purification par l’eau lustrale est également pratiquée dans le bouddhisme, notamment à l’occasion du nouvel an. Au Cambodge mais aussi en Thaïlande, on asperge ce jour là les statues de bouddha de cette eau légèrement parfumée. Dans les familles, on asperge les ainés en signe de signe de respect.

Les trois attelages de bœufs royaux effectuent à trois reprises le tour de l’esplanade afin de creuser trois sillons dans le sable censé représenter la rizière. Ces bœufs ont été très soigneusement sélectionnés et sont parmi les plus beaux du royaume.

Les trois attelages de bœufs royaux effectuent à trois reprises le tour de l’esplanade afin de creuser trois sillons dans le sable censé représenter la rizière. Ces bœufs ont été très soigneusement sélectionnés et sont parmi les plus beaux du royaume.

Conduisant sa charrue, le roi de Meak, ouvre la terre.

Conduisant sa charrue, le roi de Meak ouvre la terre.

Suivie de ses servantes qui portent toutes sortes d’offrandes, la reine Me Huo sème symboliquement les grains de riz dans le Sillon creusé.

Suivie de ses servantes qui portent toutes sortes d’offrandes, la reine Me Huo sème symboliquement les grains de riz dans le Sillon creusé.

Les servantes lors de la Fête du Sillon Sacré

Fête du Sillon Sacré, les servantes derrière la reine

Au milieu du Veal Mean, sept récipients ont été déposés devant les bœufs. Ils contiennent respectivement du riz, du maïs, du sésame, des haricots, de l’eau, du vin de palme et de l’herbe fraîche. En fonction du choix des bœufs, la récolte sera bonne ou non.

Au milieu du Veal Mean, sept récipients ont été déposés devant les bœufs. Ils contiennent respectivement du riz, du maïs, du sésame, des haricots, de l’eau, du vin de palme et de l’herbe fraîche. En fonction du choix des bœufs, la récolte sera bonne ou non.

La foule retient son souffle, espérant que les bœufs feront le bon choix. Le chef des Bakou observe attentivement la scène. Les bœufs se ruent sur le maïs et sur les haricots. Dans la foule, un homme se lamente et donne sa propre interprétation. Selon lui, les récoltes seront maigres puisque les bœufs ont dédaigné le riz.
Le chef des Bakou, qui a imploré les ancêtres a jugé, lui, que la récolte sera bonne même si l’eau ne tombera en grande quantité. Le royaume, lui, connaîtra la paix.

 

Texte et Photos Krystel Maurice