En continu

Le moine filme sa propre arrestation grâce à ses lunettes caméras

C’est vrai qu’à bien y regarder, le moine militant Loun Sovath portait  ce jour là de bien étranges lunettes. Et pour cause, puisqu’elles étaient dotées de caméras, ce qui lui a permis de filmer sa propre arrestation (voir la vidéo ici)
Ce moine très médiatique âgé de 34 ans se bat depuis trois ans aux cotés des victimes d’expulsions foncières estimées à plus de 400 000 personnes dans le pays.
Il participait le 24 mai à une manifestation devant le tribunal de Phnom Penh pour réclamer la libération de 13 femmes du quartier de Boeng Kak arrêtées la veille alors qu’elles tentaient de reconstruire leur maison sur le site dont plus de 3000 familles ont déjà été expulsées.

Embarqué de force dans une voiture par des moines et des policiers, il a été conduit à la pagode Wat Botum, interdite d’accès au public pour l’occasion. Là, il a été retenu et entendu durant une dizaine heures.

Dimanche, il expliquait que sa hiérarchie l’avait contrainte à signer un document dans lequel il s’engageait à ne plus s’impliquer dans les manifestations sous peine d’être défroqué.

« Un accord signé sous la contrainte n’est pas un accord », a t-il ajouté en affirmant qu’il continuerait de se joindre à ceux qui réclament justice.

Le 27 mai, le moine postait la vidéo de son arrestation sur You Tube.
Le même jour, il rejoignait les manifestants du quartier de Boeng Kak devant la prison de Prey Sar pour réclamer la libération de 15 manifestants dont ces 13 résidentes condamnées le 24 mai à de lourdes peines de prison à l’issue d’un simulacre de procès.

L’an dernier,  Loun Savoth avait été définitivement banni de Wat Botum où il officiait mais aussi de toutes les pagodes du pays.