En continu

Omlaing: une dizaine de blessés lors d’un affrontement avec la police

Les bureaux de la Phnom Penh Sugar Company incendiés par les fermiers.

Une dizaine de villageois ont été blessés par des policiers jeudi 25 mars dans la matinée, alors qu’ils se rendaient au tribunal de Kompong Speu pour protester contre l’arrestation, la veille, de deux de leurs représentants.
Ces deux hommes sont accusés d’être impliqués dans un conflit foncier  qui oppose des centaines de villageois de la commune d’Omlaing, dans le district de Thpong, au richissime sénateur du Parti Populaire Cambodgien (parti majoritaire au pouvoir) Ly Yong Phat, entre autre propriétaire de la Phnom Penh Sugar Company.

Les manifestants voyageaient à bord de six charrettes attachées derrière des petits tracteurs et tentaient de rejoindre quelque 400 autres fermiers massés depuis la veille devant la Cour de Kompong Speu. Ils ont été bloqués et frappés à coup de bâtons par des policiers qui avaient installé plusieurs postes de contrôle le long de la route.

La Phnom Penh Sugar Company du sénateur Ly Yong Phat s’est vue attribuer par le gouvernement une concession de 9 000 hectares dans la commune de Omlaing. Depuis des mois, ses dirigeants affirmaient que les rizières situées à proximité n’étaient en rien menacées par la concession et qu’une distance de 25 mètres entre les deux secteurs serait respectée.

Mais le 17 mars, 11 bulldozers de la compagnie pénétraient dans les rizières et affouillaient deux hectares de terre appartenant aux fermiers.
Une centaine d’entre eux se rendirent devant les bureaux de la compagnie pour obtenir des explications. En vain. Le lendemain, ils étaient 500, venus des 11 villages environnants. Confrontés à l’absence des responsables de la société, les esprits se sont échauffés et les fermiers ont incendié les bureaux de la Phnom Penh Sugar Company.

 

Parrainé par le sénateur, le bataillon 313 protège désormais la Phnom Penh Sugar Company

 

Propriétaire de diverses sociétés dont plusieurs sont à l’origine de violents conflits fonciers, Ly Yong Phat a une fois de plus fait appel à l’Armée pour défendre ses intérêts privés. Quelques heures après l’incendie, des militaires du Bataillon 313- l’ancien Bataillon Khmer rouge 37-  débarquaient à Omlaing pour assurer la protection de la Phnom Penh Sugar Company. Ce bataillon est très officiellement parrainé par le sénateur(lire ici)

Dans le même temps, la Cour de Kompong Speu émettait 16 citations à comparaître à l’encontre de fermiers sommés de se présenter devant la Cour jeudi le 25 mars.
A la date prévue, deux représentants de la communauté, Khem Vuthy, âgé de 30 ans, and You Tho, un homme de 62 ans, se sont donc présentés à la Cour. Interrogés lors d’une audience interdite à la presse, ils ont été arrêtés trois heures plus tard et accusés d’incitation à la destruction de bien public.
Deux autres représentants des villageois, également convoqués, se sont enfuis en apprenant la nouvelle, alors qu’ils se trouvaient en chemin pour le tribunal.

Dans un communiqué commun, trois associations de défense des droits de l’homme, la Licadho, le Centre cambodgien pour la défense des droits de l’homme et le Centre cambodgien d’éducation juridique de la communauté ont dénoncé ces arrestations et les attaques policières qui visent à « intimider les villageois ».
Elles soupçonnent aussi la Sugar Company d’être en infraction avec l’article 59 de la loi foncière de 2001, laquelle limite les concessions à 10 000 Hectares. La concession de la Sugar Company jouxte en effet une autre concession de 10 000 hectares appartenant à la Kompong Speu Sugar Company. Or l’identité de son propriétaire n’a jamais été rendu publique.  Curieusement, relèvent les associations, ces deux sociétés ont désigné les mêmes représentants pour mener des discussions avec les fermiers. Ce qui laisse à penser que ces sociétés ont un seul et unique propriétaire, le sénateur Ly Yong Phat.

 

Ly Yong Phat, un puissant homme d’affaires aux méthodes musclées

 

Sénateur du parti d’Hun Sen, Ly Yong Phat est l’un des hommes d’affaires les plus riches du Cambodge. Propriétaires de diverses sociétés, il est aujourd’hui à la tête de plusieurs concessions concédées par le gouvernement.

En 2006, dans la province de Koh Kong, l’une de ses sociétés, la Agricultural Duty Free Shop Development Company, avait expulsé dans la violence 250 familles qui exploitaient des terres à Chi Khor Leu dans le district de Sre Ambel. Leurs maisons avaient été démolies par les bulldozers de la compagnie et leurs récoltes détruites.

En octobre 2009, dans la province d’Oddar Manchey, c’est le village de Bos, situé sur la  commune de Kaun Kriel, (district de Samrong) qui était rayé de la carte. La Angkor Sugar Company, également détenu par Ly Yong Phat, bénéficiait elle aussi d’une concession gouvernementale dans le secteur.
214 familles ont été chassées de leurs terres, et leur village a été rasé par des bulldozers avant d’être incendié. Une opération menée conjointement par une centaine de policiers en armes mais, aussi par des membres des Forces armées royales du Cambodge (FARC).

 

Krystel Maurice