En continu

Cinq morts dans l’incendie d’un night-club à Siem Reap

Le Hip Hop à Siem Reap

Dernière mise à jour

Cinq personnes, quatre Cambodgiens et un Australien, sont décédées mardi à Siem Reap dans l’incendie du Hip Pop, un night-club restaurant très populaire auprès des jeunes et des adolescents. Deux autres jeunes Cambodgiennes ont également dû être hospitalisées pour des blessures graves.

Parmi les victimes deux femmes, Chea Many âgée de 34 ans et Cheng Savien, 33 ans et deux hommes, Prum Phiron, 31 ans et un touriste Australien Tom Ricketson, âgé de 32 ans. La dernière victime n’a toujours pas été identifiée.

Il était 2h50 du matin lorsque le feu s’est déclaré dans cet établissement souvent bondé, situé sur la rive opposée au vieux marché, près du wat Damnak.
Si pour l’heure on ignore l’origine du sinistre, il est certain que la configuration des lieux a contribué à alourdir le bilan. Le bâtiment, dans lequel aucune issue de secours n’avait été aménagée, n’était en effet doté que d’une seule porte ouvrant sur un couloir étroit. La clientèle s’est donc retrouvée piégée à
l’intérieur, sans aucune possibilité de s’échapper. Les pompiers ne sont parvenus à éteindre le sinistre que vers 5h du matin et les dégâts sont considérables.

Reste à savoir si les propriétaires, Lee Kongvong et Lee Kong Sroun, à la tête de plusieurs établissements de la ville dont le célèbre Temple situé dans la Pub street, verront leur responsabilité engagée devant la justice.

En décembre 2012 déjà, un incendie avait détruit un marché de nuit provoquant la mort de neuf personnes. Un évènement qui avait suscité bien des interrogations dans cette ville en proie à la guerre entre puissants propriétaires.

Un mois plus tard, un nouveau sinistre avait détruit trois boutiques et des maisons dans le même secteur du centre-ville de Siem Reap sans toutefois faire de victime.

 

Krystel Maurice