En continu

Mines: le Cambodge est le second pays au monde pour le nombre d’enfants tués en 2010

Unité mobile de déminage dans la province de Preah Vihear. Les démineurs opéraient à cette époque dans un secteur truffé de mines, le long de la frontière vietnamienne. ©Krystel.Maurice

Le Cambodge est le second pays au monde, après l’Afghanistan, où les enfants sont les premières victimes des mines, selon le rapport annuel publié le 24 novembre par l’Observatoire international des mines (en anglais, à télécharger ici).

Selon cet organisme, sur les 280 personnes qui ont perdu la vie la vie en 2010 en raison des mines, 80 étaient des enfants, soit plus d’un tiers du total des victimes.
Par rapport à 2009, le bilan global des victimes est également en hausse puisque 244 personnes avaient trouvé la mort suite à l’explosion de mines.

Selon l’Observatoire des mines, le Cambodge est le quatrième pays au monde pour le nombre de victimes causées par des mines, après l’Afghanistan, la Colombie et le Pakistan.

Classement mondial des pays ayant enregistré le plus grand nombre de victimes de mines en 2010. ( Rapport 2011 de l’Observatoire des mines)

Classement mondial des pays ayant enregistré le plus grand nombre de victimes de mines en 2010. ( Rapport 2011 de l’Observatoire des mines)

L’an dernier, le Cambodge a enregistré une baisse de 27% des aides internationales destinées à éradiquer ce fléau. Le montant total des donations s’est élevé à 24,4 millions de dollars contre 33,3 millions de dollars en 2009. En 2008, les pays donateurs avaient versé 28,1 millions de dollars et 30,8 millions en 2007.

Le triste bilan du Cambodge, en dépit des progrès réalisées au cours des dernières années, intervient au moment même où Phnom Penh s’apprête à accueillir, dimanche 27 novembre, la 11ème rencontre des Etats partis, une rencontre annuelle qui regroupe les 158 pays ayant signé la convention d’Ottawa sur l’interdiction des mines antipersonnel. Plus d’un millier de participants sont attendus représentant une centaine de pays. Les débats dureront toute la semaine.
En 1997, les pays signataires de la Convention d’Ottawa sur les mines antipersonnel s’étaient engagés à ne pas employer de mines et à détruire toutes celles qui sont situées sur leur territoire dans un délai maximum de 10 ans. Le Cambodge, qui a signé cet accord en 1999 n’était pas en mesure d’achever le nettoyage dans les délais impartis, compte tenu des du nombre de bombes déversés sur son territoire durant les années soixante dix. Il a obtenu un délai supplementaire de dix ans de la part de l’ONU.
Au plan mondial, les principaux pays contributeurs engagés dans ce combat sont  les États Unis suivis par la Norvège, la Communauté européenne, le Japon et le Canada.

Contributions financières des pays donateurs pour éradiquer les mines et venir en aide aux victimes de 2006 à 2010. ( Rapport 2011 de l’Observatoire des mines)

Contributions financières des pays donateurs pour éradiquer les mines et venir
en aide aux victimes de 2006 à 2010. ( Rapport 2011 de l’Observatoire des mines)

 

Krystel Maurice