En continu

Mariage mixte au Cambodge: le gouvernement s’en prend à l’âge et au portefeuille des étrangers

Photo Krystel Maurice

C’est une bien curieuse règlementation que le gouvernement cambodgien vient de pondre à l’attention des prétendants au mariage. Les étrangers âgés de plus de 50 ans n’ont plus la possibilité d’épouser une cambodgienne et ce, quelque soit leur nationalité. « Les mariages entre des hommes vieux et de jeunes cambodgiennes sont inappropriés», a déclaré le porte- parole du gouvernement mercredi, en précisant que cette nouvelle réglementation visait à renforcer la lutte contre le  trafic d’êtres humains.

Mais les prétendants de moins de 50 ans ne devront pas pour autant se réjouir trop vite. Tout candidat à un mariage avec une Cambodgienne devra obligatoirement pouvoir justifier d’un revenu mensuel de 2500 $ (1764 euros), faute de quoi il sera retoqué. Une mesure destinée à assurer à son  épouse « un niveau de vie décent », mais qui s’explique difficilement dans un pays ou le revenu moyen mensuel s’affiche à 60 dollars.

Ces deux arrêtés, qui ne s’appliquent que sur le territoire cambodgien, ont été transmis à toutes les ambassades.

En 2008, le Cambodge avait suspendu tous les mariages mixtes, toutes nationalités confondues, afin de lutter contre un nombre grandissant de réseaux organisant des mariages en 24 heures entre des Sud Coréens et des Cambodgiennes. Nombre de jeunes femmes déchantaient à leur arrivée dans le pays et  l’eldorado promis virait souvent au cauchemar : privation de liberté, de passeport, violences domestiques, cadences de travail infernal ou prostitution.
L’interdiction avait été levée huit mois plus tard, à la suite d’une série de mesures contraignant les deux époux à se présenter devant les autorités cambodgiennes pour remplir les formalités.

En mars 2010, nouvelle interdiction mais cette fois-ci clairement dirigée contre la seule Corée du sud. Motif: l’arrestation  d’une intermédiaire qui avait organisé  25 mariages entre des Sud Coréens et des cambodgiennes, exigeant au passage 100 dollars de commission par affaire traitée. L’interdiction avait, là encore, été levée quelques semaines plus tard.

Selon les responsables cambodgiens, les mariages avec des Sud Coréens représentent  plus de 60% des mariages mixtes. Dans ces conditions, on comprend mal pourquoi ces deux nouveaux arrêtés s’appliquent à tous les étrangers.

En tout état de cause, les critères retenus -l’âge et la ressources financières- apparaissent  doublement discriminatoires et peu défendables d’un point de vue juridique.

Quant à leur efficacité, c’est aussi une autre histoire.

En tous cas, les commentaires et les interrogations sur le (bon ?) sens de ces mesurent se multiplient sur la toile. A suivre.

Krystel Maurice