En continu

Un Téléthon pour des bunkers

Un bunker cambodgien, le long de la frontière avec la Thaïlande. ©Krystel Maurice

La chaine de télévision Cambodia Television Network  (CTN) collecte des fonds pour offrir des bunkers à l’armée cambodgienne le long de la frontière thaïlandaise. Cette campagne pour le moins stupéfiante est la conséquence directe du très controversé programme initié en février par le Premier ministre.

Hun Sen  avait invité les sociétés privées à parrainer des unités militaires en fournissant, par exemple, de la nourriture ou des abris pour les familles de soldats en poste le long de la frontière. Présenté comme une entreprise humanitaire, l’initiative visait, selon le Premier ministre, à « resserrer les liens » entre les troupes des forces armées royales et les entreprises. Ce partenariat avait été formellement consigné dans un document signé de la main du Premier ministre.

La chaine de télévision CTN dont le nom figure sur ce document va beaucoup plus loin aujourd’hui puisque son directeur, Tok Kimsay, dit espérer pouvoir construire des bunkers tout le long des 113 km de frontière-laquelle soit, dit en passant, n’est toujours pas délimitée et fait l’objet d’âpres discussions avec Bangkok- pour protéger les troupes en cas de guerre avec la Thaïlande.

Pour cela, la chaine a lancé mardi 31 aout une vaste campagne faisant appel à la générosité des auditeurs. Argent et matériaux sont les bienvenus car il s’agit de remplacer les abris de terre par des constructions en ciment. La chaine s’est dans un premier temps focalisé sur la province d’Oddar Manchey. 40 tonnes de ciment auraient déjà été collectées mais il faudra 1000 tonnes pour réaliser le projet, précise Tok Kimsay, ainsi que 500 tonnes d’acier. Et beaucoup, beaucoup d’argent, ajoute Yim Phim, le général responsable du secteur.

CTN n’en est pas sa première opération du genre. La chaine a récemment participé au financement d’une route de 9 km dans la même province d’Oddar Manchey afin de faciliter les déplacements des troupes postées à la frontière.

Krystel Maurice