En continu

Le Premier ministre appelle les travailleurs du textile à cesser les grèves

Le Premier ministre Hun Sen a appelé mercredi les quelque 600 000 travailleurs des entreprises du textile à cesser les grèves sous peine de voir les investisseurs quitter le Cambodge. Depuis mai, les salaires s’établissent à 75 dollars mensuels auxquels s’ajoutent cinq dollars pour frais de santé. « Maintenant, vous demandez davantage mais les salaires ont augmenté et sont plus élevés que dans les pays avec lesquels nous sommes en compétition, tels que le Bangladesh, le Myanmar, l’Inde ou le Laos» a -t- il expliqué dans un discours retransmis à la radio. «  Ne faites pas fuir les investisseurs car ce sera un désastre pour notre économie ».

Plus tôt dans la journée, à Phnom Penh, près d’un millier d’employées de l’usine M & V, en grève depuis une semaine, avaient bloqué la Nationale 2 pour exiger des hausses de salaires. L’entreprise est un des fournisseurs de Nike.

A Kompong Speu, l’entreprise Sabrina,  également fournisseur de Nike, est aussi en grève depuis le 21 mai. La police y est intervenue à deux reprises fin mai et début juin lorsque des heurts violents ont opposé quelque 4000 grévistes à des non grévistes à l’intérieur même de l’usine, provoquant des dégâts matériels.
Selon la direction, 62 personnes ont été licenciées suite à ces heurts, tandis que les syndicats évoquent quelque 300 licenciements. Huit responsables syndicaux ont été arrêtés et emprisonnés, inculpés d’incitation à la violence et de destruction de matériel.

Selon le Gmac, l’association patronale de l’industrie textile, 48 grèves ont paralysé les entreprises du secteur depuis le début de l’année. L’an dernier, 134 grèves avaient  été dénombrées, un chiffre qui, toujours selon le Gmac, aurait quadruplé par rapport à 2011.

 

Krystel Maurice