En continu

Évanouissements collectifs dans les usines textiles: les grandes marques vont enquêter au Cambodge

Une vingtaine de grandes marques de textile vont enquêter au Cambodge sur une série d’évanouissements dans des usines de confection, a indiqué hier le représentant de l’Organisation internationale du travail (OIT) à l’issue d’une rencontre organisée hier à Phnom Penh. Parmi elles figurent notamment les marques Gap,  Nike, Puma, H&M, Walmart et Target.
« Il est urgent de mener de plus amples recherches pour identifier les causes possibles de ce phénomène d’évanouissements, et éliminer celles que nous connaissons déjà, dans des domaines tels que la sécurité sur les postes de travail, la santé et la nutrition », a indiqué Tuomo Poutiainen, de l’OIT.

Le gouvernement a mis en place un groupe interministériel à cet effet. Les syndicats ont également l’intention de faire pression pour que cessent les pratiques de contrat à durée déterminée qui s’éternisent durant des années et qui permet aux employeurs de payer des ouvrières qualifiées à des tarifs de débutantes.

«Maladies mentales»

La partie sera sans doute serrée, à la mesure des propres intérêts des uns et des autres. La veille encore, Yi Kithana,  l’adjoint du directeur général chargé des problèmes de santé  au ministère du travail, n’affirmait-il pas que selon les médecins qui avaient examiné la cinquantaine d’ouvrières évanouies  la semaine dernière à l’usine Heart Enterprise, un bon nombre souffraient de maladies mentales ? . « Nous allons envoyer des psychiatres pour les aider. Beaucoup ignorent qu’elle sont atteintes de maladies mentales », lançait-il au Phnom Penh Post. Un argument qui, dans la touffeur des usines, doit singulièrement faire froid dans le dos.

 

Krystel Maurice