En continu

Textile: la police anti-émeute charge des ouvrières en grève

Au moins neuf ouvrières d’une usine de confection près de Phnom Penh ont été blessées mardi 28 juillet lorsque la police anti-émeute est intervenue pour mettre fin à un mouvement de grève d’une semaine.

Une centaine de policiers, dont une cinquantaine étaient en tenue anti-émeute et armés de fusils d’assaut ont tenté de contraindre quelque 3.000 ouvrières à retourner dans leur usine. L’usine qui appartient au groupe malaisien PCCS Garment Limited fabrique des vêtements pour les marques Adidas et Puma. Plusieurs ouvrières ont été jetées au sol et frappées à coups de matraques électriques. Les policiers ont fait usage de gaz lacrymogènes tandis que les employées tentaient de se défendre en lançant des projectiles, chaises plastiques, bouteilles d’eau et fruits.
Elles s’étaient mises en grève pour protester contre le renvoi d’une syndicaliste.

Koun Sreng, le gouverneur du district de Sen Sok qui a fait intervenir la police a estimé que les manifestantes perturbaient la circulation sur le boulevard de la Confédération-de-Russie, principale voie d’accès à l’aéroport international.

Les ouvrières qui ont décidé de maintenir la grève n’ont pas repris leur travail mercredi. Mais la direction de l’usine a fait savoir qu’elle refuserait de payer les salaires et procéderait à leurs licenciements si elles ne se présentaient au travail jeudi.

Le salaire mensuel passe à 61 dollars

Ces dernières semaines de nombreuses usines de textile du pays étaient en grève pour protester contre les licenciements de syndicalistes et pour obtenir une hausse des salaires minimum, jusque là plafonnés à 50 dollars.

A partir du 1er octobre, le salaire passera à 61 dollars et restera inchangé jusqu’en 2014. Cette augmentation comprend une subvention gouvernementale de 6 dollars. Une hausse que les syndicats jugent nettement insuffisante.
Une étude sur les salaires minimum dans l’industrie textile cambodgienne, réalisée en septembre 2009 et financée par plusieurs ONG, estimait que les besoins des ouvriers se situaient entre 90 et 120 dollars mensuels. L’étude concluait que le salaire minimum dans le textile devrait donc s’établir à 74,85 dollars mensuel, soit une quinzaine de dollars de plus que l’accord signé.

 

Krystel Maurice