En continu

Wat Sovantomreach, le défi d’un amoureux des temples d’Angkor

En compagnie de quelques amis, nous nous étions égarés sur le chemin chaotique qui conduisait au temple de Phnom Basset, à une trentaine de kilomètres au nord ouest de Phnom Penh, dans la province de Kandal.

Soudain, là, sur la gauche du chemin, se dressait une étonnante réplique des portes d’Angkor Thom, la célèbre cité au cœur des temples d’Angkor. Décorée de trompes d’éléphants et surmontée des mêmes quatre visages de bouddhas orientés vers les quatre coins cardinaux, la porte était gardée, tout comme à Angkor Thom,  par une haie d’énormes statues représentant les dieux et les démons.

En suivant la chaussée nous sommes arrivés sur une esplanade bordée de bâtiments devant lesquels quelques jeunes moines s’activaient.
L’édifice principal, une imposante bâtisse surmontée d’une cascade toitures finement sculptées, à des allures d’Angkor Wat. Mais elle est surmontée d’une unique tour, moins haute et plus massive que celles du plus grand édifice religieux du monde. A l’intérieur, des raies de lumières filtrent  au travers de quelques ouvertures et  éclairent des voûtes aux formes harmonieuses.

Les travaux ont débuté à la fin des années 90 et plusieurs annexes étaient encore en travaux lors de notre passage. Un moine nous a expliqué que le bâtisseur de ce temple est Cambodgien mais qu’il n’est ni architecte ni ingénieur. Simplement un homme qui s’est lancé un formidable défi, celui de bâtir une réplique des temples d’Angkor. Peut être.

En tous cas, si vous vous rendez à Prasat Phnom Basset, ne manquez pas d’y faire un tour. Wat Sovantomreach n’est situé qu’à quelques encablures de la colline de Basset.

 

Texte et photos Krystel Maurice