En continu

Siem Reap: Prek Toal, l’autre joyau de la région

Sur les quelque deux millions de touristes qui visitent les temples d’Angkor, peu d’entre eux connaissent le parc naturel de Prek Toal qui n’est pourtant situé qu’à une petite quinzaine de kilomètre de Siem Reap.
Ce parc de 21 000 ha est pourtant la plus grande réserve ornithologique de toute l’Asie du Sud-Est. De par le nombre d’oiseaux et d’espèces rares qu’elle abrite, cette réserve est, avec les temples d’Angkor, l’autre joyau de la région.

Le village de Preak Toal sur le Tonle Sap. Photo Krystel Maurice

Le village de Prek Toal sur le Tonle Sap.
Photo Krystel Maurice

C’est bien sûr l’extraordinaire phénomène naturel qui se produit chaque saison sur le lac Tonle Sap qui est à l’origine de la diversité biologique de la réserve de Prek Toal. Durant la mousson, le niveau du Mékong monte d’une dizaine de mètres en moyenne et refoule la rivière Siem Reap. Celle-ci inverse alors son cours pour se déverser non plus vers le sud, mais dans le Tonle Sap. A la saison sèche, de novembre à mai, avec la décrue du Mékong, la rivière reprend son cours normal.
Ces inondations engendrent un bouillonnement végétal d’une richesse exceptionnelle. Avec quelque 300 000 tonnes de poissons pêchées chaque année, le Tonle Sap est ainsi l’un des lacs plus poissonneux au monde.

 

Le refuge des grandes espèces menacées

Des milliers d’oiseaux, viennent y chercher leur nourriture et se reproduire à Prek Toal, un secteur à l’écart de la pression humaine. Près de la moitié sont des migrateurs venus des steppes chinoises, de Sibérie et de Mongolie. C’est le refuge des grandes espèces, presque totalement disparues de Thaïlande, du Vietnam et du Laos.
Une quinzaine d’espèces menacées trouve là sa dernière chance de survie en Asie du Sud-Est : Grand et Petit Marabout, Ibis à tête noir, Pelican à bec tacheté, Tantale indien, Jabiru asiatique, Pyrargue à tête grise…La taille de certains de ces oiseaux est impressionnante. C’est le cas du Grand Marabout dont la hauteur atteint 1,60m. Perché au sommet des arbres, il est repérable à des centaines de mètres.Jabiru asiatique

Un équilibre fragile

Il y a peu, la collecte des œufs de ces échassiers constituait la principale menace. En 1995, près de 26 000 œufs étaient ainsi consommés annuellement dans ce secteur, un phénomène beaucoup plus important qu’en Thaïlande voisine par exemple, où le niveau de vie est plus élevé et où la préoccupation de la nourriture est donc moins pesante. Grâce au travail de sensibilisation de quelques associations, ces pratiques sont aujourd’hui en nette régression sur les bords du Tonle Sap.

Reste que la réserve de Prek Toal demeure fragile. En effet, si sa mission est de préserver, elle ne peut interférer sur l’activité de pêche. Or celle-ci est dominée par les tout puissants propriétaires de lots de pêche. Ces lots couvrent des superficies immenses pouvant aller jusqu’à 50 000 hectares. Gardes armés, barrières de bambous interdisant l’accès à des zones sur des kilomètres, ce sont eux les maîtres du Tonle Sap. La collecte des œufs a de tout temps représenté pour eux une manne importante et ils ne sont guère enclins à y renoncer du jour au lendemain.

Une ballade d’une journée ou plus dans la réserve est non seulement une occasion unique d’observer ces oiseaux mais aussi une belle opportunité de découvrir le village flottant de Prek Toal qui, à la différence de Chong Kneas, échappe au tourisme de masse et conserve toute son authenticité.

La réserve ornitologique de Preak Toal. Photo Krystel Maurice

La réserve ornitologique de Prek Toal.
Photo Krystel Maurice

En pratique

La visite de la réserve est encadrée par des gardes forestiers employés par la réserve. S’ils parlent peu anglais ou français, ils connaissent bien les lieux et les oiseaux puisqu’ils vivaient autrefois de la collecte des œufs. Ces braconniers reconvertis ont reçu une solide formation et font un important travail de sensibilisation auprès de la population. Ce sont eux qui sont chargés de la préservation des oiseaux. Ils construisent les plate-formes d’observation, effectuent les comptages, suivent la reproduction…Ils disposent aussi d’une documentation bien élaborée qui permet aisément de surmonter ces problèmes de langues.
Des postes d’observation ont été construits dans les arbres et sont situés à bonne distance des oiseaux. Il vous faudra cependant grimper le long d’une échelle de bambou arrimée dans les arbres pour accéder aux plate-formes. Cette ascension ne présente pas de difficulté particulière, même si au premier abord, un brin de témérité est requis. Cependant, seules les personnes valides et suffisamment agiles pourront y accéder. Les plate-formes sont équipées de longues vues, qui de notre point de vue, manquent de puissance. Mais c’est bien le seul bémol que nous mettrions à cette visite. A bord des bateaux, vos propres jumelles vous seront très utiles pour observer les oiseaux qui survolent la forêt inondée et le Tonle Sap. Crème solaire, eau, et chapeau sont indispensables car il fait très chaud. Emportez votre pique-nique, à dévorer sur les plateformes dans les arbres ou à bord du bateau.

Loger à Prek Toal

Depuis l’an dernier, le bureau de l’environnement a aménagé quelques chambres des plus simples à Prek Toal (15$ la chambre) Les amateurs pourront donc y passer la nuit afin d’être dans la réserve de bonne heure le matin; Il est recommandé d’apporter sa nourriture car rien n’est prévu de ce côté-là. Vous pourrez toujours tenter l’aventure auprès des échoppes locales mais sachez que le village n’est pas approvisionné en eau courante et que l’eau utilisée est celle du Tonle Sap !

L’association Osmose qui œuvre à la préservation de la réserve, a mis en place un programme d’écotourisme dont les bénéfices sont en partie reversés à la population. Elle organise des visites de la réserve et du village de Prek Toal. Les tarifs sont cependant plus élevés, à moins d’être un groupe de sept à huit personnes. L’association dispose d’un bureau à Siem Reap, situé rue Makara. Pour joindre Osmose :
Tel: +855(0)63 765 506
Mobile: +855(0)12 832 812

 

Krystel Maurice