En continu

Sihanoukville: bain de bonne humeur à la cascade Kbal Chhay

Les Khmers l’appellent « Kbal Chhay » et adorent venir s’y rafraîchir en famille le week-end. L’atmosphère y est bon enfant, tout le monde se met à l’eau, habillé ou pas, et l’on patauge ainsi durant des heures dans une eau transparente et revivifiante. Les gamins y pêchent de petits alevins qui grossiront dans des jarres, devant les maisons. Les filles se font offrir des couronnes de fleurs façon Bora- Bora et s’admirent sur l’écran de leur téléphone. Les séances photos s’éternisent, on pose et on s’asperge joyeusement. Un loueur de maillots de bain fait sécher les caleçons au soleil. Une bouée en forme de crocodile trône sur une pierre dans l’attente du prochain client.

-Baigneuses Sihanoukville, cascade Chhay

Les petites gargotes qui bordent la rivière Prek teuk Sap sont presque désertes. L’heure du déjeuner est passée et pour une fois, ce sera un jour sans sieste. Deux ou trois vaches ont repéré les ramboutans qui sont restés sous les paillottes. C’est la fête pour tout le monde et les bestiaux ont bien l’intention d’en profiter.

Des adolescents s’enhardissent sous la cascade. Rien à voir avec les chutes du Niagara, un saut de 6 mètres à peine, mais à la sortie de la saison des pluies, le débit est important. Assommés sous le poids de l’eau, ils hurlent de plaisir, fanfaronnent et plaisantent. Un couple s’est offert les services d’un photographe. L’homme prend sa belle par la taille et scrute l’objectif avec sérieux. L’immortalité s’offre à lui. Plus loin, un autre photographe mitraille deux amoureux qui s’ébrouent gaiement dans une retenue d’eau. A ce rythme là, son Canon ne survivra pas longtemps.

Comment se rendre à Kbal Chhay?

La cascade est située à une petite quinzaine de kilomètres de Sihanoukville. La balade est recommandée à la belle saison, entre novembre et avril. En saison de pluie, de juin à la mi-novembre ,l’accès est difficile, voire impossible.
Depuis la ville, suivre la direction de Phnom Penh sur une dizaine de kilomètres, le long de la nationale 4. Un peu après la borne 217, vous verrez sur votre gauche une stèle surmontée d’un globe. Roulez encore 1 km et toujours sur votre gauche, vous apercevrez le grand panneau de l’entrée de la cascade. Suivez la piste gravillonnée jusqu’au bout. La piste est belle mais prenez garde à ne pas freiner brutalement. Nombreux sont ceux qui, trop confiants, mettent les gaz et reviennent avec de belles écorchures voire de profondes brûlures.

 

Krystel Maurice