En continu

La saison des grenouilles

Prête à passer à la poêle?

C’est la saison des pluies et la nature explose. Dans les campagnes les grenouilles s’interpellent durant des heures entières. Étranges concerts aux résonances de trompes tibétaines qui me font regretter de ne pas savoir traiter et mixer les sons sur un ordinateur. Sûr qu’il y à dans ces chants là, matière à inspiration.

Les Cambodgiens, eux, peuvent enfin se régaler. Grenouilles à tous les repas, sautées à l’ail ou farcies. Celle que vous voyez sur la photo s’était égarée une nuit sur un trottoir de Siem Reap. Elle s’apprêtait à pondre et nous l’avons enfermée quelques heures dans une bassine. Nous voulions lui éviter de terminer sa vie en fricassée, d’autant que les œufs sont très appréciés ici. Mauvais calcul, le lendemain matin la bassine était vide. Dans un coin de la cuisine, quelqu’un avait soigneusement empilé les os sur le bord d’une assiette. L’ami de passage était déjà reparti.

A bien y réfléchir, ce n’est peut être finalement pas un hasard si, en 2008, l’on a découvert au Cambodge une nouvelle espèce de grenouilles jamais répertoriée jusqu’ici dans le monde. Sa spécificité est d’avoir le sang vert, les os bleus, une peau translucide qui se colore de  marron à la nuit tombée. La couleur verte de son sang serait due à la biliverdine produite par le foie, laquelle passerait ensuite dans le sang. Une particularité qui lui permettrait  de se camoufler facilement mais aussi d’éloigner les prédateurs, son goût étant peu ragoutant. La Chiromantis samkosensis, comme on l’a baptisée, vit dans la chaine des Cardamomes, l’une des régions les plus sauvages du pays. Mais ne comptez pas sur moi pour vous donner son adresse.

 

Krystel Maurice