En continu

Nouveaux heurts meurtriers entre les deux armées après les affrontements de vendredi

Les combats entre l’armée thaïlandaise et cambodgienne autour du temple de Preah Vihear ont fait trois morts et huit blessés depuis vendredi. ©Krystel Maurice

De nouveaux heurts se sont produits ce samedi matin à proximité du temple de Preah Vihear entre l’armée cambodgienne et thaïlandaise. « Un soldat thaïlandais a été tué et quatre blessés par des éclats d’obus lors d’affrontements d’environ trente minutes tôt ce matin », a annoncé le porte-parole de l’armée thaïlandaise Sunsern Kaewkumnerd. Ce qui porte à trois le nombre de morts depuis vendredi.

Un soldat cambodgien a été tué vendredi lors des premiers affrontements qui ont duré plusieurs heures mais ce bilan reste incertain. Selon Chhum Socheat, porte-parole du gouvernement cambodgien, quatre soldats cambodgiens ont été blessés dont un très gravement. Quatre soldats thaïlandais avaient été capturés.

Un villageois thaïlandais est mort vendredi lorsqu’un obus a touché un village et cinq soldats ont été blessés, selon le ministre thaïlandais de la Santé publique. Plusieurs habitations situées côté thaïlandais ont été incendiées. Des villageois ont dû être évacués ou se réfugier dans des abris de part et d’autre de la frontière.

Tanks, obus, mitrailleuses, les deux armées avaient déployé l’artillerie lourde et se sont affrontées durant plusieurs heures. Comme toujours, Phnom Penh et Bangkok se rejettent la responsabilité des incidents, les plus meurtriers depuis 2009.

Les États-Unis ont appelé dans la nuit les deux pays « au maximum de retenue », selon un porte-parole du Département d’État.

Hor Namhong, le ministre cambodgien des affaires étrangères a annoncé son intention de porter aujourd’hui l’affaire devant le conseil de sécurité de l’ONU, estimant que la Thaïlande  avait « envahi » le Cambodge. Selon lui, 300 soldats thaïlandais ont pénétré  vendredi en territoire cambodgien, dans la pagode deWat Keo Sikha Kiri Svara, qui jouxte le temple de Preah Vihear utilisant  des mortiers et de l’artillerie lourde. Des obus ont été tirés dans un rayon de 18 à 20 km à l’intérieur du Cambodge.

La frontière entre les deux pays n’a jamais été délimitée, ce qui alimente des différends à l’origine de plusieurs incidents qui ont fait plusieurs morts en 2008 et 2009. La dispute s’est cristallisée autour du temple de Preah Vihear, classées patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco en 2008 et qui relèvent de la souveraineté du Cambodge, selon une décision de la Cour internationale de justice de La Haye en 1962. Mais les Thaïlandais contrôlent le principal accès au temple et une zone de 4,6 km2  autour de l’édifice est revendiquée par les deux pays.

Les tensions ont été ravivées après l’arrestation fin décembre de sept Thaïlandais qui avaient pénétré dans une autre zone frontalière contestée. Deux d’entre eux, dont un ex-leader du mouvement des  Chemises jaunes, ont été condamnés mardi à Phnom Penh à de 8 ans et six ans de prison ferme pour espionnage.

A Bangkok les Chemises jaunes, qui campent autour du siège du gouvernement thaïlandais depuis plus d’une semaine pour dénoncer la gestion de la crise, ont annoncé une grande manifestation à Bangkok ce samedi

 

Krystel Maurice