En continu

Le Cambodge adresse une requête en interprétation à la Cour Internationale de Justice

Le Cambodge a demandé vendredi à la Cour Internationale de Justice (CIJ) de clarifier le jugement de 1962 concernant le temple de Preah Vihear, a annoncé vendredi le ministère cambodgien des Affaires étrangères.
Cette requête en interprétation a été motivée par les « agressions armées répétées de la Thaïlande pour exercer ses prétentions sur le territoire cambodgien », selon un communiqué. Une clarification de la CIJ est « de la plus haute nécessité (…) pour régler pacifiquement et définitivement le problème frontalier entre les deux pays dans la zone » précise le communiqué. « Nous voulons en particulier une clarification concernant les alentours du temple », a précisé un porte-parole du ministère à l’AFP. Le Premier ministre thaïlandais Abhisit Vejjajiva a immédiatement indiqué que son pays était prêt à « se battre devant la Cour ».

Poursuite des combats samedi autour du temple de Ta Krabey

Les combats avaient repris jeudi soir quelques heures seulement après l’annonce d’un cessez-le feu sur lequel Bangkok avait exprimé les plus grandes réserves. Un soldat thaïlandais avait été tué dans ces nouveaux affrontements, les deux parties s’accusant d’avoir ouvert le feu.

Phnom Penh affirme que la Thaïlande a eu recours à des tirs d’artilleries lourde, ce que dément Bangkok. « Nous avons répliqué avec des fusils d’assaut, mais pas avec de l’artillerie », a précisé le chef de l’armée, le général Prayut Chan-O-Cha. Ce qui a fait dire au vice-Premier ministre thaïlandais Suthep Thaugsuban, dont les commentaires ne lassent pas de surprendre, que dans ces circonstances que le cessez-le-feu n’était pas rompu.« Ce n’est pas considéré comme une violation du cessez-le-feu parce qu’ils ont utilisé leur fusil, mais si les affrontements s’étendent, avec des armes lourdes, cela voudra dire que l’accord n’est plus valide », a-t-il déclaré.

Mais samedi 30 avril, le gouvernement thaïlandais reconnaissait que le cessez-feu était rompu. De nouveaux combats se sont en effet déroulés dans la nuit de vendredi à samedi autour du temple de Ta Krabey faisant une dizaine de blessés dans le camp thaïlandais, selon un bilan communiqué à Bangkok . Aucun bilan de ces tout derniers affrontement  n’a été communiqué côté cambodgien.

Au total, 16 personnes -huit soldats cambodgiens et huit Thaïlandais dont un civil – ont été tuées depuis vendredi dernier, dans ce conflit frontalier qui couve depuis 2008 et a connu plusieurs crises violentes, dont celle-ci est de loin la plus importante.

Environ 85.000 personnes ont dû fuir les violences et se reloger dans des abris de fortune, selon les chiffres communiqués par les deux capitales.