En continu

Élections: comment les irrégularités ont favorisé le Parti du peuple cambodgien

Photo Krystel Maurice

Les résultats des élections du 28 juillet ont  « fortement favorisé » le Parti du Peuple cambodgien (PPC) dans les quelque 200 nouveaux  de bureaux de vote créés pour l’occasion tandis que 32 communes ont enregistré des taux de participation supérieurs à 100%, selon un nouveau rapport rédigé par l’Alliance pour la réforme électorale (ERA en anglais) regroupant des observateurs indépendants et un faisceau d’ONG dont Transparency International, la Comfrel, l’Institut national démocratique, la Licadho…

 

Nouveaux bureaux de vote

Ce 28 juillet, 902 bureaux de vote étaient ouverts dans tout le pays dont 209 nouvellement créés. Ces nouveaux bureaux étaient censés correspondre à une augmentation significative de la population dans certains secteurs. Aucun d’eux ne pouvait dépasser 700 électeurs. Or sur l’ensemble de ces nouveaux bureaux, le PPC  a enregistré un score de 69%, bien au-dessus de son score national de 53%. Dans bon nombre de ces nouveaux bureaux, le taux de participation relevé est en outre anormalement élevé. Ainsi 46,5% d’entre eux ont enregistré une participation allant de 80 à 100 % des électeurs, alors que des taux de participation aussi spectaculaires ne se retrouvent que dans 19,1% des bureaux de votes qui existent depuis plus longtemps. Rappelons que selon la Commission électorale, le taux de participation à ce scrutin est de 69,61%. « Il est intéressant de constater que dans plusieurs provinces où les enjeux étaient importants, lorsque la participation des votants correspond à la moyenne nationale, le Parti national du sauvetage du Cambodge (opposition) l’a emporté, alors que dans les bureaux de vote où des taux de participation incroyablement élevés ont été constatés, c’est le PPC qui a gagné », indique ce rapport.

 

Plus de votants que d’électeurs éligibles

Le rapport cite également 32 communes dans lesquelles le pourcentage du nombre de votants dépasse le nombre d’électeurs éligibles. Douze d’entre elles sont situées dans la province de Kandal. Trois communes de la province de Siem Reap, Lvea Kraing, Beng Meala et Ta Siem  enregistrent des pourcentages de votants ahurissants, respectivement 120,3%, 119%, et 113,5%. A Lvea Kraing, la Licadho avait effectivement rapporté l’arrivée de camions remplis de soldats stationnés à la frontière ce jour-là parmi lesquels 692 d’entre eux auraient voté dans la commune.

 

Incohérences « démographiques » 

Dans les provinces de Kompong Cham, Kandal et Takeo, le nombre d’électeurs inscrits avait aussi anormalement augmenté avant les élections. Dans plus de 100 bureaux de votes, la hausse était de 50%. Même phénomène dans les provinces de Siem Reap, Battambang, Phnom Penh, Prey Veng et Kompong Speu où la hausse est aussi de 50% dans plus de 80% des bureaux. Parallèlement, 50% de noms ont été rayés des listes électorales dans les provinces de Siem Reap, Banteay Meanchey et  Kompong Cham. « Cela voudrait dire que plus de la moitié des électeurs de ces bureaux ont déménagé ou sont décédés dans l’année qui précédait les élections, des suppositions qui ne correspondent pas  aux tendances démographiques » constate ce rapport.   L’écart de voix entre les deux partis est de 300 000 voix sur un total de 6,6 millions de bulletins.

 

Krystel Maurice