En continu

Coup d’envoi de trois jours de manifestation pour l’opposition cambodgienne

A Phnom Penh, en ce jour anniversaire des accords de Paris de 1991, des milliers de supporters de l’opposition ont commencé ce matin de rejoindre le parc de la Liberté pour trois jours de manifestation appelés par le Parti du Sauvetage national. Vers 11h, on estimait qu’ils étaient déjà au moins 15 000 dans le parc et ses alentours, des dizaines de camions continuant d’arriver sur les lieux.

Hier soir,  Sar Keng, le ministre de l’intérieur a finalement autorisé les manifestants à défiler dans les rues de la capitale pour aller remettre une pétition aux ambassades et  à  l’ONU demandant le respect des accords de Paris. Le ministre de l’intérieur a toutefois limité ce défilé à 1000 personnes.

De nombreux postes de contrôle ont été installés sur les routes menant à la capitale mais à l’heure actuelle, la police ne bloque aucun véhicule, se contentant de vérifier les permis de conduire des chauffeurs et de relever les numéros des plaques d’immatriculation.

A la différence des manifestations précédentes, les grands boulevards de la capitale ne sont obstrués par aucune barricade et l’on circule normalement dans la ville. « Nous avons retenu la leçon » affirmait lundi Kheng Tito, le porte- parole de la police militaire, faisant allusion à la dramatique soirée du 15 septembre au cours de laquelle des affrontements avaient opposé la police à des habitants qui tentaient de rentrer chez eux. L’un d’entre eux avait été tué d’une balle dans la tête et une dizaine d’autres blessés par balles. » « Nous ne voulons pas de confrontation entre les manifestants et les autorités locales », ajoutait le porte- parole.

Autour du parc de la Liberté, la présence policière est peu visible mais des centaines de policiers armés stationnent près de Koh Pich dans l’attente des défilés qui doivent avoir lieu  dans l’après-midi.

A suivre…

 

Krystel Maurice