En continu

Les deux partis politiques doivent participer à l’assemblée nationale, rappellent l’Union européenne et les États-Unis

Peu après la séance inaugurale de l’assemblée nationale, l’Union Européenne et les États-Unis ont tenu à faire part de leur position respective quant à crise politique qui secoue le pays.

Dans un communiqué, la délégation de l’Union européenne au Cambodge estime «  que l’assemblée nationale ne peut remplir son rôle sans la participation de toutes les parties élues » qu’elle appelle à coopérer.
Elle se dit préoccupée par le conflit suscité par les allégations de fraudes et demande aux partis de  travailler ensemble pour identifier tous les problèmes qui se sont posés, en particulier ceux portant sur  les listes électorales, l’environnement médiatique et la Commission électorale.
«  La délégation de L’union européenne encourage les partis politiques à poursuivre le dialogue sur les réformes structurelles qui contribueront au développement du Cambodge, notamment une réforme du système judiciaire et de l’assemblée nationale »

Pour leur part, les États-Unis ont tenu à  préciser que la présence de leur ambassadeur au Cambodge à la cérémonie ne constituait « ni une approbation des résultats des élections, ni  un soutien à un parti politique ».
Washington rappelle  qu’une « enquête transparente » sur les irrégularités permettra au peuple cambodgien d’acquérir  une plus grande confiance dans le système électoral. «  Nous pensons que le fonctionnement de l’ assemblée nationale requiert la présence des deux partis principaux » lesquels doivent « travailler ensemble pour améliorer le processus démocratique et mettre en œuvre de profondes réformes permettant de  renforcer les lois et d’accroître le respect des droits de l’homme ».

 

Krystel Maurice