En continu

Législatives 2013: manifestation de l’opposition à Phnom Penh à la veille des résultats officiels

Quelque 20 000 manifestants ont manifesté dans le calme ce matin à Phnom Penh, répondant à l’appel de l’opposition qui continue de réclamer une enquête indépendante sur les allégations de fraudes lors du scrutin des législatives du 28 juillet.
En ce tout début d’après midi, alors que la manifestation s’est achevée à 11h, aucun incident n’a été signalé.

Omniprésente dans la capitale, la police  avait installé de nombreux checkpoints aux points d’entrée de la ville, notamment près des ponts, et fouillait les véhicules à la recherche d’armes éventuels en  interrogeant les passagers sur leur destination.
Des véhicules incendie étaient visibles dans plusieurs secteurs de la ville ainsi que des camions militaires.
Sur le boulevard Norodom, tous les dix mètres, on pouvait apercevoir de petits groupes de militaires. Aux alentours de la capitale, des blindés avaient fait leur apparition il y a déjà plusieurs jours.

Ce dispositif impressionnant était toutefois peu visible près du Parc de la Liberté où s’est tenue la manifestation.

Sous une chaleur de plomb, les manifestants arboraient des panneaux réclamant « justice et démocratie»  et nombre d’entre eux brandissaient des fleurs de lotus en signe de paix. Des dizaines de moines étaient présents, en dépit des consignes de leurs hiérarchies qui leur avaient demandé de ne pas rejoindre la manifestation.
« Aujourd’hui le Cambodge ouvre une nouvelle page de son histoire, la fin de la culture de la violence et de l’impunité» a lancé Sam Rainsy le leader du CNRP.  Nos forêts et nos terres ont disparu, il n’y a pas de travail. Nous devons travailler ensemble pour sauver la nation. »

Manifestation CNRP à Phnom-Penh le 7 septembre-2013

L’opposition soutient avoir remporté ces élections avec au moins 63 sièges sur 123, mais le parti du Premier ministre Hun Sen, au pouvoir depuis 28 ans,  revendique la victoire avec 68 sièges contre 55 pour le CNRP.
Ces résultats seront sans doute officialisés demain, la Commission électorale  et le Conseil constitutionnel ayant rejeté les quelque 700 réclamations déposées par le CNRP.

L’opposition  a répété à plusieurs reprises qu’elle boycotterait l’Assemblée nationale dont la cérémonie d’ouverture est prévue le 28 septembre. D’ici là, un nouveau gouvernement devra être formé.
La crise politique à laquelle le Cambodge est confrontée s’annonce décidément très longue.

 

Krystel Maurice