En continu

L’opposition boycotte la commission d’enquête sur les fraudes

Une semaine après les élections, le Cambodge vit au rythme des communiqués contradictoires, y compris à l’intérieur d’une même instance politique. Les stratégies des uns et des autres y sont illisibles et dans ce brouhaha grandissant, bien malin qui pourra esquisser un début de solution permettant de sortir de l’impasse politique dans laquelle le pays est plongé.
Du coté du pouvoir comme de l’opposition, on souffle le chaud et le froid dans la même journée pour finalement revenir à la case départ.

Dernier épisode en date vendredi, lorsque l’opposition a annoncé sa participation aux cotés du CPP, le parti au pouvoir, à une commission mixte chargée d’enquêter sur les fraudes électorales sous l’égide de la Commission électorale (NEC).
Tep Nytha, secrétaire genéral de la NEC avait pourtant bien précisé que les représentants onusiens et d’ONG locales et internationales n’y participeraient pas mais pourraient toutefois «observer le processus».
Une formulation dont on se demandait ce qu’elle pouvait recouvrir et qui semblait, en tout cas,  loin des exigences de l’opposition qui depuis lundi dernier, réclame la participation active de l’ONU et des ONG dans cette enquête. Mais puisque les deux camps semblaient d’accord….

Mais quelques heures plus tard, l’opposition boycottait la rencontre au motif que la Commission électorale refusait l’implication d’enquêteurs internationaux.
La NEC est à la botte du parti au pouvoir, a expliqué en substance Yim Sovann, le porte-parole du CNRP. Nous refusons de participer à une commission d’enquête se limitant à ces deux composantes, lesquelles sont à l’origine des problèmes. « Un troisième participant, tel que l’ONU, doit y tenir le rôle d’arbitre ».
L’opposition a appelé à un rassemblement mardi à 16h, heure locale au Parc de la liberté pour «demander à l’ONU de venir résoudre les problèmes des élections afin de protéger la victoire du peuple cambodgien», a  annoncé Sam Rainsy lundi.

« La participation de l’ONU est hors du champ de compétence de la NEC, a rétorqué Suosdey, son président. Nous devons appliquer la loi et selon la constitution, la NEC est responsable des élections ».

On en est donc là, ce lundi 5 août à 20h heure locale. Demain sera un autre jour…

 

Krystel Maurice