En continu

Élections municipales: 1,5 millions de Cambodgiens privés de leur droit de vote, alerte le Comfrel

Au moins 1,5 millions de Cambodgiens seront privés de droit de vote lors des élections communales qui auront lieu le 3 juin en raison d’irrégularités figurant sur les listes électorales, affirme le Comité pour les élections libres et justes au Cambodge (Comfrel), une importante organisation locale d’observation électorale.

Selon Koul Panha, le directeur de Comfrel, quelque 1,5 millions de Cambodgiens ayant déjà voté lors des deux précédents scrutins communaux de 2002 et 2007 ne retrouveront pas leurs noms sur les listes. « C’est un problème majeur. Nous ne retrouvons pas ces électeurs. Leurs noms ont disparu,  ou encore été mal orthographiés ou bien sont redondants. Nous sommes vraiment inquiets».
17% des listes comporteraient des erreurs et sur un peu plus de 9 millions de votants, moins de 8 millions seraient ainsi en mesure de le faire, estime le Comfrel.

Pour cet organisme, c’est le procédé archaïque utilisé pour établir les listes qui est en cause. En effet, les inscriptions ne sont pas informatisées. Les informations sont collectées manuellement par les employés de l’administration locale. Elles sont ensuite transmises à la Commission nationale électorale (CNE, l’autorité chargée de l’organisation des scrutins dans le pays), qui au final  publie les listes. « Les deux niveaux se rejettent la responsabilité des erreurs » déplore le directeur de Comfrel qui souligne la nécessité de reformer le système notamment en informatisant les données.

La Licadho, une association de défense des droits de l’homme, a également relevé des anomalies dans la région de Battambang. De nombreux Cambodgiens habitant le long de la frontière thaïlandaise n’ont ainsi pas reçu de carte d’électeurs et seront donc empêchés de voter tandis que d’autres ont été incapables de remplir les formulaires d’inscription face à un personnel local peu disposé à les aider.

 

Krystel Maurice