En continu

La fulgurante ascension de Hun Manet

A 59 ans, Hun Sen, le Premier ministre cambodgien est actuellement le plus ancien dirigeant d’Asie du Sud Est, après le roi de Brunei. Au pouvoir depuis 26 ans, il affirme vouloir ne pas céder la place avant… 2023.

Ses détracteurs, en premier lieu les défenseurs des droits de l’homme, dénoncent régulièrement le rétrécissement des libertés et la corruption qui gangrène le pays ainsi que son acharnement à réduire au silence toutes voix discordantes, à commencer par celle de l’opposition parlementaire.

Mais nombreux sont ceux qui s’interrogent sur la fulgurante ascension de son fils aîné Hun Manet.

Âgé de 33 ans, Hun Manet a été l’an dernier bombardé par son père à la tête de l’unité des forces spéciale de l’anti- terrorisme. Il ne lui a fallu que quelques mois pour passer du grade de capitaine à celui de général de brigade. En septembre dernier, il était nommé commandant adjoint de l’Unité des Protection du Premier ministre.  Et en ce début d’année 2011, il vient d’être promu général de division (deux étoiles) mais aussi commandant adjoint de l’armée royale.

Réfutant les accusations de népotisme, Hun Sen a défendu bec et ongles les mérites de son fils «  parfaitement qualifié » pour les missions qui lui ont été confiées.

Le Premier ministre n’est-il pas en train de préparer sa succession ? Une hypothèse qui n’est pas à exclure.

 

Krystel Maurice