En continu

Le gouvernement menace d’expulser le chef de la délégation de l’ONU à Phnom Penh

Les critiques formulées par le représentant de l’ONU à Phnom Penh à propos de l’adoption de la loi anti-corruption ont très fortement irrité le gouvernement. Dans une lettre adressée samedi à Douglas Broderick, chef de la délégation de l’ONU, Hor Namhong, ministre cambodgien des affaires étrangères, estime que le communiqué qu’il a publié « outrepasse les limites de son mandat » et constitue « une ingérence flagrante et inacceptable dans les affaires intérieures du Cambodge ». « Si un tel comportement se répétait, le gouvernement royal du Cambodge se verrait dans l’obligation de vous déclarer personae non gratae », écrit Hor Namhong.

Le communiqué de l’ONU, rendu public le 11 mars, quelques heures  avant l’adoption de la loi anti-corruption indiquait « Il est de l’intérêt du pouvoir législatif que la future loi sur la corruption soit  débattue à la fois à l’intérieur et à l’extérieur du Parlement avant son adoption ».« Les Nations Unies ont soutenu activement la mise en œuvre de ce dispositif important de la législation depuis 2004. Le projet de loi anti-corruption doit suivre un processus de consultation transparent et participatif afin de s’assurer qu’il répond aux standards internationaux, comme cela est exigé par la Constitution, et qu’il contient suffisamment de garanties pour protéger les droits et devoirs du peuple cambodgien, qui est le bénéficiaire final de cette loi ».

Promise depuis 15 ans par le gouvernement, la loi anti-corruption n’a fait l’objet d’aucun débat. Elle a été votée à l’unanimité en quelques heures et les amendements proposés par l’opposition ont été refusés. Mais plus encore, sur  le fond, cette loi est particulièrement décevante puisque le dispositif mis en place est entièrement placé sous contrôle du gouvernement.

Cette loi n’entrera pas en vigueur au mieux avant le mois de novembre, date à laquelle le nouveau code pénal -dont plusieurs articles portent sur les peines encourues en cas de corruption- deviendra lui aussi effectif.

 

Krystel Maurice