En continu

Tribunal Khmers rouges: Nuon Chea et Ieng Sary accusés de génocide

Nuon Chea, à gauche, et Ieng Sary.

Deux responsables Khmers rouges, Nuon Chea, numéro 2 du régime, et l’ancien ministre des affaires étrangères Ieng Sary, viennent d’être accusés de génocide contre la population vietnamienne et la communauté musulmane Cham par les juges d’instruction du Tribunal international.
Lars Olsen, le porte-parole du Tribunal international a précisé que les deux accusés avaient été déférés devant les co-juges d’instruction et informés des charges retenues contre eux.

C’est la première fois que l’accusation de génocide est retenue par le Tribunal. La notion de génocide au Cambodge fait débat depuis des mois. Pour qu’il y ait génocide, les actes criminels doivent avoir été commis” dans l’intention de détruire tout ou partie d’un groupe national, ethnique, racial ou religieux”. Or, comme l’a expliqué le porte-parole du Tribunal, la définition légale du génocide ne peut être retenue pour les crimes commis contre la population cambodgienne, dans la mesure où celle-ci a la même nationalité que les meurtriers et appartient au même groupe ethnique que les meurtriers.

Ce qui n’est pas le cas des Chams – 100 000 à 400 000 Chams auraient péri durant cette période-ni bien entendu des Vietnamiens.

Au total, on estime que 1,7 millions de personnes ont trouvé la mort sous le régime de Pol Pot.

Nuon Chea et Ieng Sary devront également répondre des accusations de crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Leur procès, ainsi que celui de deux autres accusés, Khieu Samphan, ancien chef d’Etat, et Ieng Thirith, ancien ministre des Affaires sociales et épouse de Ieng Sary, devrait s’ouvrir fin 2010.

Duch, qui dirigeait la prison S-21 et dont le procès vient de s’achever est accusé de crimes de guerre, crimes contre l’humanité, tortures et meurtres avec préméditation. Le verdict devrait être rendu en mars prochain.

Krystel Maurice