En continu

Le procès des quatre dirigeants du régime Khmer rouge différé

Le procès des quatre hauts dirigeants du régime  Khmer rouge qui devait véritablement débuter la semaine prochaine est retardé, sans doute jusqu’à l’an prochain.
Après Duch, qui dirigeait la prison de S-21 de Phnom Penh où quelques 14 000 personnes ont été torturées et exécutées, quatre haut responsables du régime khmer rouge doivent être jugé : Nuon Chea, le numéro 2 du régime Khmers rouges et ex-bras droit de Pol Pot, Khieu Samphan, le chef de l’État, Ieng Sary, le vice-Premier ministre chargé des Affaires étrangères,  et Ieng Thirith, son épouse, à l’époque ministre des Affaires sociales. Ils sont inculpés de génocide, crimes contre l’humanité, de graves infractions aux Conventions de Genève de 1949, ainsi que d’assassinats, de  tortures et de persécutions religieuses au regard du droit cambodgien.

Le procès s’est officiellement ouvert le 27 juin mais ces trois premiers jours d’audience, dites techniques, n’ont été pour ainsi dire qu’une phase de démarrage. Dans ce procès d’envergure, les victimes sont représentées par 3 850 parties civiles, une première dans l’histoire de la justice pénale internationale.

 

Examens médicaux

Mercredi 24 aout, Lars Olsen, le porte-parole du Tribunal a annoncé le renvoi du procès, Ieng Thirith et Nuon Chea devant subir des examens médicaux afin de savoir s’ils sont aptes à se présenter devant les juges.

Les quatre dirigeants khmers rouges, tous très âgés étaient apparus affaiblis, et à tour de rôle, leurs avocats avaient demandé que leur client quitte rapidement la salle pour raison de santé. Tous nient leur implication dans les horreurs commises par le régime mais Ieng Thirith, la plus jeune des quatre,  âgée de 79 ans, est sans doute la plus virulente. Durant les deux années qui ont précédé l’ouverture du procès, elle a aussi souvent tenu des propos incohérents.
Ainsi l’an dernier, celle qui est l’épouse de Ieng Sary, avait répondu au Président qui lui demandait à qui elle était mariée, « Je ne m’en souviens pas, j’ai oublié son nom. Je sais qu’il a comparu ici il y a peu, mais pouvez-vous me rappeler son nom ? »  Elle avait aussi lancé à la Cour « Ne persistez pas à me condamner pour meurtre sinon vous irez brûler au 7e cercle de l’Enfer. »

La santé mentale de Ieng Thirith est préoccupante, plaident ses avocats, et le tribunal a donc ordonné une série d’examens psychiatriques. Quant à Nuon Chea, l’idéologue du parti aujourd’hui âgé de 84 ans, il devra subir de nouveaux examens médicaux. A l’ouverture du procès, il peinait à se lever et portait un bonnet de laine pour se protéger de la climatisation.

Le porte-parole du tribunal a précisé qu’aucune date ne pouvait être avancée pour la reprise du procès mais nombreux sont ceux qui estiment que ces examens dureront plusieurs mois, probablement jusqu’en 2012.

 

Krystel Maurice