En continu

Tribunal Khmers rouges: la course contre le temps

Le procès des quatre anciens dirigeants khmers rouges va être découpé en plusieurs procédures distinctes, a annoncé la semaine dernière le Tribunal de Phnom Penh.

Chaque  procès prendra moins de temps, a expliqué le tribunal, précisant qu’un verdict serait prononcé  à l’issue de chacun d’eux.

L’ex-ministre des Affaires étrangères Ieng Sary, l’idéologue du régime Nuon Chea, le président du Kampuchea démocratique Khieu Samphan et la ministre des Affaires sociales Ieng Thirith, doivent répondre de génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

Ils ont entre 79 à 85 ans et leur état de santé est précaire. Ieng Thirith souffre de démence et les avocats de Nuon Chea soutiennent que l’état de santé de leur client ne lui permet pas d’assister à de longues audiences. Les victimes craignent que certains ne meurent avant la fin de leur procès qui devrait durer des années.

Les quatre inculpés commenceront donc par répondre du chef d’accusation de crimes contre l’humanité, a précisé le tribunal. Les chefs d’accusation de génocide, persécutions religieuses et crimes de guerre feront l’objet d’audiences ultérieures.

Le procès s’est ouvert formellement en juin mais les audiences qui devaient avoir lieu en août ont été différées. On ignore toujours la date à laquelle il reprendra.

 

Krystel Maurice