En continu

Nouvelles violences à Phnom Penh

Une dizaine de blessés à Phnom Penh. Photo Licadho

Une dizaine de personnes ont été blessées hier à Phnom Penh par des gardes municipaux près du Parc de la liberté. Casques noirs sur la tête, les hommes de mains du pouvoir ont attaqué un groupe de supporters de l’opposition, des membres d’association et des journalistes, venus soutenir la députée d’opposition Mu Sochua qui tentait une fois encore de pénétrer seule dans le parc de la liberté à Phnom Penh.

Depuis l’interdiction des manifestations dans le parc, le 4 Janvier, la députée a tenté six fois d’y pénétrer pour attirer l’attention sur les privations de liberté au Cambodge. Une croisade personnelle, hors de son parti, un acte citoyen afin, dit-elle de ramener la liberté dans le seul espace de la ville où les manifestations étaient autorisées.

Les violences ont eu lieu après qu’elle ait été expulsée de force du parc.
Trois personnes ont été blessées à la tête, quatre autres sévèrement battus à coups de pied ou de genoux. Trois journalistes, dont deux de la presse étrangère, ont été très légèrement blessés.

Krystel Maurice