En continu

Corée du sud: l’adultère est décriminalisé

Photo extraite de Happy Rose Day, un drama coréen qui aborde la délicate question de l'adultère.

En Corée du sud l’adultère ne sera plus puni par la loi. Le 26 février, la Cour constitutionnelle a aboli une loi de 1953 selon laquelle toute personne reconnue coupable d’adultère encourrait jusqu’à deux ans de prison ferme

« « Même si l’adultère doit être condamné comme étant immoral, la puissance publique ne doit pas intervenir dans la vie privée des individus. La perception des droits individuels en matière de vie sexuelle a changé »», a expliqué le président de la Cour.

La Corée du sud était l’un des rares pays non musulmans de la planète à considérer l’infidélité comme un acte criminel.

Au cours des six dernières années, près de 5 500 personnes ont été poursuivies pour délit d’adultère, dont près de 900 en 2014. Mais le nombre des inculpations était en déclin et les peines de prison de plus en plus rares.

Le gouvernement avait d’ailleurs lancé une enquête auprès de la population. Selon cette enquête, dont les résultats ont été publiés au lendemain de la Saint Valentin, quatre Coréens mariés sur dix reconnaissaient avoir eu une relation extraconjugale. Et 6,5% des Coréennes mariées avouaient avoir eu au moins une aventure. Ce sont donc 20% des coréens qui seraient passibles de prison.

Après avoir décidé de son maintien à quatre reprises, la Cour constitutionnelle a donc finalement cédé.

 

.