En continu

Affaire Laurent Vallier: la belle-famille à nouveau devant le juge cambodgien

Pour la deuxième fois ce mois-ci, la belle-famille de Laurent Vallier a comparu le 24 janvier devant le juge cambodgien afin de s’expliquer sur des titres de propriétés concernant plusieurs parcelles de terrains appartenant au défunt et qu’elle revendique aujourd’hui.

Les corps en décomposition de Laurent Vallier et de ses quatre enfants âgés de 2 à 9 ans avaient  été retrouvés en janvier dernier au fond d’une mare située sur sa propriété près de Kompong Speu, à une quarantaine de km de Phnom Penh. Cet expatrié qui vivait au Cambodge depuis 12 ans avait disparu en septembre 2011. Il avait épousé une cambodgienne morte en couche en 2009.

Deux informations judiciaires ont été ouvertes, l’une en France suite à un dépôt de plainte de ses parents pour assassinat, l’autre au Cambodge. La famille de Laurent Vallier affirme en effet que depuis la mort de sa femme en 2009, les relations entre Laurent et sa belle-famille s’étaient tendues. Il s’en était ouvert à plusieurs reprises évoquant des querelles d’argent. « Là-bas, quand un Européen épouse une Cambodgienne, il devient un peu le portefeuille de la famille. Or depuis la mort de sa femme, mon frère avait un peu fermé le robinet», expliquait son frère peu après la découverte du drame.

La belle-famille suspectée

Depuis un an, l’enquête semblait n’avoir pas progressé. Mais dans les jours à venir, le juge Français devrait se rendre pour la première fois au Cambodge. C’est sans doute la raison pour laquelle son homologue cambodgien s’est résolu à entendre la belle famille de Laurent Vallier. Au cours des mois précédents, ceux-ci ont  en  effet déposé des demandes de titre de propriété concernant des terrains appartenant à Laurent. « Le juge nous accuse, moi et ma famille, d’être impliqués dans les meurtres de mon gendre et des mes petits enfants.  Je ne peux supporter cette accusation. Comment aurai-je pu faire ça ? Je les aimais vraiment. Pourquoi ne pourrais-je réclamer ces terrains qui appartenaient à ma fille » le 2 janvier Tith Chhuon, le beau-père de Laurent Vallier  à l’issue de son premier interrogatoire par le juge

Ce 24 janvier, cinq personnes étaient à assignées à comparaître devant le tribunal de Kompong Speu : Tith Chhuon, le beau-père de Laurent Vallier, Sar Savy, sa belle-mère, Srey On, sa belle-sœur, ainsi que le chef du village et le chef de la commune. Ces deux derniers ne s étant pas présentés au Tribunal jeudi, ils seront à nouveau convoqués, a précisé le juge Chem Rithy.
« La cour nous a dit qu’elle recherchait la vérité et m’a convoqué car elle veut savoir pourquoi j’ai déposé une demande de titre sur la propriété de mon gendre. Je leur ai répondu que c’était la politique du gouvernement, comme nous l’avaient dit le chef du village et le chef de la commune » a déclaré au Phnom Penh Post le beau père de Laurent à l’issue de cette comparution. La belle famille reste suspectée, a réaffirmé le juge.

Un rapport d’autopsie troublant

Dans les jours qui ont suivi la découverte des corps, la police cambodgienne s’était empressée d’évoquer la thèse du suicide expliquant que Laurent Vallier avait probablement empoisonné ses enfants avant de précipiter sa voiture dans la mare. Sans plus d’arguments et en dépit de nombreuses incohérences.
Dont celle – et non des moindres- révélée cette semaine par  le quotidien Sud-Ouest dans un article publié ce 21 janvier. Selon le journal, le rapport d’autopsie signé par trois médecins cambodgiens  fait état de traces suspectes sur les crânes de deux des enfants de Laurent Vallier. L’un des crânes aurait été perforé avec un objet tranchant, tandis qu’un autre porte une trace de fracture.

 

Krystel Maurice