En continu

Scandale dans un pagode de Phnom Penh

A Phnom Penh, la pagode de Srah Chork, dans la district de Daun Penh,  a rouvert ses portes mercredi 21 juillet et les 54 moines qui y résident ont pu réintégrer les lieux. La police avait ordonné sa fermeture le 3 juillet pour enquêter sur les agissements de Neth Kai, un moine de 35 ans, qui avait filmé à leur insu des centaines de femmes nues en train de se doucher dans une pièce réservée à cet effet dans l’enceinte de la pagode.

Il a été défroqué et déféré devant le tribunal Phnom Penh où il est inculpé de pornographie. Il encourt une peine maximale un an de prison et une amende de 480 dollars. Suite à ce scandale, cinq responsables religieux de la pagode ont  été évincés.

Nouvelles règles éthiques bouddistes

Confronté à ce scandale et à d’autres délits qui ces derniers mois ont impliqué des moines, le ministère des Culte et des religions vient d’éditer un nouveau document sur les « règles éthiques bouddhistes ». « Le recours à la technologie moderne tel qu’internet et le téléphone portable doit être en adéquation avec l’exercice de la fonction de prêtre bouddhiste et éviter les comportements de débauche que sont par exemple la copie ou le visionnage de films porno». Les moines qui sollicitent l’aumône doivent également éviter de le faire près des marchés et des bordels, recommande le document. Les moines qui enfreindraient ces règles seront punis.