Google et Amazon ont été condamnés par la CNIL à une amende de 100 millions d’euros pour le premier et 35 millions d’euros pour le second.

En cause, le non respect de la règlementation des cookies et de la vie privée : des cookies destinés à de la publicité ciblée étaient installés directement sur l’ordinateur de l’usager, sans qu’il ne puisse les refuser, contrevenant ainsi à la règlementation française.

La CNIL condamne Google et Amazon à une forte amende

D’après la CNIL, Google aurait installé des cookies de manière automatique sur les ordinateurs des usagers de leur célèbre moteur de recherche, sans que ces derniers n’aient l’opportunité d’y consentir ou d’être informés de l’utilisation de ces cookies.
Les mêmes reproches sont faits à Amazon.

Condamnés pour non respect de la loi Informatique et Libertés

La règlementation française, via la Loi Informatique et Libertés, est l’application d’une directive européenne qui impose la transparence notamment sur la collecte des données. L’utilisation des cookies restent autorisée mais à la condition qu’ils soient acceptés.
Or, la CNIL fait le constat que ces cookies, destinés donc à collecter des données, sont installés automatiquement sur l’ordinateur de l’internaute.

Si Google présente un bandeau d’information qui propose de consulter les règles de confidentialité ou de reporter à plus tard cette consultation, il n’explique en rien que les cookies ont en réalité déjà été installés sur l’ordinateur.

Une histoire de cookies sur Google et Amazon

En outre, la désactivation complète des cookies sur Google n’est pas une option actuellement. Or, l’importance sur le marché de Google et les bénéfices commerciaux majeurs faits grâce à ces cookies aggravent le problème, puisqu’ils sont gagnés grâce à un ciblage publicitaire ne respectant pas les règles.

Quant à Amazon, l’usager n’est pas non plus en capacité de refuser les cookies, y compris lorsqu’ils sont uniquement publicitaires. Et c’est bien là que le bât blesse : ces cookies doivent obligatoirement être acceptés par l’internaute. Le bandeau d’Amazon n’offre pas de choix, il ne fait qu’informer l’internaute que l’utilisation du site implique l’installation de cookies, sans même préciser que ces cookies ne concernent que de la publicité.

La CNIL a également fait un autre reproche à Amazon, qui concerne les internautes qui seraient arrivés sur le site d’Amazon après avoir cliqué sur une publicité Amazon, depuis un autre site. Là, strictement aucune information n’était donnée à l’usager.

Google et Amazon doivent mettre leurs sites et leurs cookies en règle d’ici trois mois. Chaque jour de retard entrainera une pénalité de 100 000 euros.

En 2019, Google avait eu une amende 50 millions d’euros