Nicolas Sarkozy : au sujet de sa « pudeur », l’ancien président lève un malentendu

L’ancien chef d’État français, a pris tout le monde par surprise mercredi dernier avec l’apparition de son livre intitulé ‘’promenade’’. Un livre dans lequel l’ex-président lève le voile sur plusieurs malentendus.

Nicolas Sarkozy surprend tout le monde avec son livre intitulé ‘’Promenade’’ paru en librairie le 22 septembre 2021. Dans cet ouvrage, on parle bien d’art et de littérature. Une tonalité inhabituelle pour l’ancien occupant de l’Élysée qui a confié avoir longtemps ressenti une Malaise profonde à évoquer ce qui le passionnait. Dans la suite de ces lignes, découvrez plus de détails sur le sujet.

Nicolas Sarkozy : Un changement radical ?

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Nicolas Sarkozy (@nicolassarkozy)

Qu’il vous souvienne, en 2009, alors que Nicolas Sarkozy arpentait toujours les couloirs de l’Élysée, le Nouvel Observateur le traitait de beauf inculte, de ce fait qu’il n’avait pas apprécié le roman de Madame La Fayette intitulé, La Princesse de Clèves. Cependant, en dépit de tout ce qu’on avait pensé auparavant au sujet de l’ancien président, ce dernier à créer la surprise générale en publiant son livre baptisé ‘’Promenades’’, ce mercredi 22 septembre. Dans cet ouvrage, l’ancien patron de François Fillon évoque Rimbaud, Balzac, Aragon, Zola, mais également Picasso et Camille Claudel…

L’époux de Carla Bruni n’avait jusqu’alors, jamais révélé au grand public son intérêt pour la littérature et l’art. Il s’est plutôt montré très réservé à ce sujet. Mais dans cet ouvrage, comme une ironie, l’ancien Chef d’État brise son silence sur la culture. Il a même tenu à expliquer dans ce même livre, les raisons pour lesquelles, il avait fait ce choix de rester à l’écart de tout propos sur l’art et la littérature. On découvre cet extrait dans la publication de nos confrères de ‘’Le Point’’.

La vie hors de la scène politique confère plus de liberté, selon l’ancien chef d’État

 

Depuis qu’il a été éliminé pour la primaire de la droite en 2016, le prédécesseur de François Hollande a annoncé officiellement sa retraite politique, même si son influence continue de planer sur les siens. L’ex-chef d’État vit désormais une nouvelle vie, loin de la scène politique. Une nouvelle personnalité qui vraisemblablement, lui confère beaucoup plus de liberté qu’il n’en avait. « Aujourd’hui qu’il n’y a plus d’enjeux électoraux au quotidien, et que je suis sorti de la vie partisane, j’ai retrouvé cette liberté de parler de ce qui est vraiment fondamental à mes yeux », a-t-il également déclaré dans son ouvrage.

Un aveu que l’écrivain Jean-Marie Rouart a qualifié de ‘’Psychanalytiquement étrange’’ dans ‘’Le Point’’. Puisque selon lui, l’opinion commune considère que, le pourvoir exécutif qu’incarne la personne du président de la République lui octroyait la liberté de s’exprimer sur tous les sujets. Mais ce n’était pas le cas, si on se réfère au propos de Nicolas Sarkozy, il existe bien des contraintes intérieures qui empêchent les personnes que l’on considère comme les plus puissants, à museler certains aspects de leurs vies.

 

Pour rappel, Nicolas Sarkozy a été condamné à un an d’emprisonnement ferme le 1er mars dernier. Devenant par ce fait le premier chef d’État français, à avoir reçu une telle sentence. En effet, celui qui a gouverné l’hexagone entre 2007 et 2012, a été reconnu coupable pour des faits de corruption et de trafic d’influence et a écopé de trois années de prison, dont un an ferme pour ‘’l’affaire des écoutes’’. Une condamnation qu’il a regrettée au cours de ses derniers entretiens avec les médias. Il a reçu au passage le soutien moral de nombreux cadres politiques du pays dont Emmanuel Macron et son ancien premier ministre Édouard Philippe.

Afficher Masquer le sommaire
Accueil » People » Nicolas Sarkozy : au sujet de sa « pudeur », l’ancien président lève un malentendu