Ines Loucif, l’ancienne aventurière de koh-Lanta, a été interviewée par Voici.fr. Elle se confie sur la participation qu’elle a effectuée à la Villa des cœurs brisés 6.

Inès Loucif se confie sur ces complexes dans La Villa des cœurs brisés 6

La diffusion de la sixième saison de l’émission La Villa des cœurs brisés a commencé de lundi 15 février 2021. Pendant ce temps, des révélations ont été faites par une candidate du programme de romance de TFX.

L’ancienne participante de Koh-Lanta l’île des héros nous parle de son passage dans La Villa des cœurs brisés 6.

Dans un premier temps, Inès Loucif clarifie sa décision d’intégrer le casting et désire répondre aux critiques. « Je n’ai jamais dit que je ne ferai jamais de télé ! J’ai dit que je ne ferai pas Les Anges », a-t-elle déclaré.

Inès Loucif est complexée par son visage !

L’ex-aventurière de Koh-Lanta s’est épanchée sur son problème de complexe après avoir mis les choses au clair. Elle aurait, selon ces propos, un complexe au niveau de son visage, et ce, depuis sa plus petite enfance.

Inès Loucif n’aurait pas de problème avec son corps alors que ces détracteurs pensent tout le contraire. Ces réseaux sociaux confirment cette idée car elle n’hésite pas à afficher sa silhouette sur le net. Par contre, sur ces différentes photos, la principale intéressée va effectuer une retouche systématique pour que l’on ne voie pas sa tête.

Elle avoue que c’est un aspect difficile à gérer, que ce soit au quotidien, mais surtout à la télé. « (…) on ne dirait pas, mais je pense aux caméras, à l’angle du visage » a-t-elle indiqué.

Dans ces propos, on comprend qu’elle a trouvé de l’aide pour surmonter son manque de confiance en elle. L’experte Lucia la love coach aurait été la principale source d’aide dans ce domaine.

Malheureusement, comme Inès l’a déclaré, tous les problèmes qu’elle rencontre ne peuvent être résolus en un seul mois. Suite à son expérience dans la villa, l’infirmière se confie avec ces propos :

« (…) c’était plus dur que Koh-Lanta ! C’est fatigant ! Les gens crient partout, c’est stressant, c’est un rythme. C’est 6 jours sur 7, on se lève à 9h du matin, si on a des interviews le soir, on se couche à pas d’heure. C’est hard ! »