Orelsan : Pourquoi son documentaire « Montre jamais ça à personne » sur Amazon Prime n’est pas destiné qu’à ses fans ?

Que vous soyez fans d'Orelsan ou non, les retours du documentaire "Montre jamais ça à personne" le concernant tourné par son frère sur 20 ans de carrière, sont principalement positifs. Mais alors, pourquoi le documentaire sur Orelsan n'intéressera pas que ses fans ?

Ce n’est pas seulement l’histoire d’Orelsan

Dans les différents épisodes, on remarque qu’il ne s’agit pas uniquement du rappeur, Aurélien Cotentin de son vrai nom. En effet, sa famille participe au documentaire ainsi que ses amis les plus proches comme Gringe, Skread et Ablaye, qui ont eu un rôle fondamental derrière lui. Ils ont cru en lui alors que son concept de rap est basé sur l’autodérision. D’autres intervenants viennent parler du talent d’Orelsan comme Stromae ou bien Gims. L’ensemble propose un regard fascinant sur le parcours d’un des artistes les plus talentueux de sa génération d’une manière rarement vue à la télévision.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Prime Video France (@primevideofr)

 

Une histoire qui met en avant l’ennui et la solitude des jeunes au début des années 2000

Réalisée en 6 épisodes de 40 minutes, la série d‘Amazon Prime raconte l’ascension du rappeur, mais parle aussi de l’ennui d’une jeunesse française des années 2000 et des solutions pour en sortir. Le documentaire sur Orelsan dépeint une certaine jeunesse française empêtrée dans l’ennui, et le monde de la musique, cet univers impitoyable. Dans le film, on peut voir les occupations des jeunes de l’époque. Orelsan qui s’amuse à « shooter » des objets dans la rue avec Gringe ou en train de faire un « street golf », un sport sauvage où tout est bon à dégommer avec un club et une balle de golf comme les vitrines de magasins ou les voitures.

 

Cette lassitude, le rappeur le décrit en 2017 dans la chanson « Dans ma ville on traîne« . Orelsan raconte aussi la détresse de ses parents. Pour eux, percer dans la musique n’est pas une option. Les réseaux sociaux n’existent pas et personne n’est connu à Caen. Ses parents lui demande juste d’arrêter de trainer dehors et de se construire un projet sérieux. Ses deux amis Skread et Ablaye trouvent leur place dans la musique et Orelsan met les bouchées doubles pour se faire remarquer. Sa montée en puissance démarre grâce à la création de son MySpace sur lequel il va communiquer avec des fans des quatre coins de la France.

 

Le documentaire met en avant la place des femmes dans la musique

Les figures féminines mises en avant dans « Montre jamais ça à personne » sont celles de la famille Cotentin. En particulier mamie Janine, la grand-mère d’Orelsan, qui participe à des clips et chante même en duo avec son petit-fils dans « J’essaye, j’essaye ». Dans le documentaire apparaissent aussi la chanteuse Olivia Ruiz qui a apporté son soutien au rappeur ainsi que Diam’s, figure rap des années 2000 qui apparaît dans les archives. Sinon, il est vrai que le monde de la musique autour d’Orelsan est rempli d’hommes. Entre la maison de disque Wagram composée de deux hommes, le directeur général des programmes de la radio Skyrock, Laurent Bouneau, la seule à diffuser du rap sur ses ondes, les amis d’Orelsan…

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par OrelSan (@orelsan)

 

Afficher Masquer le sommaire
Accueil » Série Tv / Film » Orelsan : Pourquoi son documentaire « Montre jamais ça à personne » sur Amazon Prime n’est pas destiné qu’à ses fans ?