Clair-Obscur : A la découverte du premier long-métrage de Rebecca Hall… ça promet !

Rebecca Hall fait découvrir son premier long-métrage aux abonnés Netflix. Intitulé Clair-Obscur, il traitera du racisme et sera poignant.

Clair-Obscur est un film qui nous embarque dans les années 20. Le long-métrage se penche sur le racisme et sur la difficulté rencontrée par les Afro-Américains dans leur intégration au sein de la société new-yorkaise. Rebecca Hall passe ainsi pour la toute première fois derrière la caméra et va donc arborer le costume de réalisatrice. On vous en dit plus dans la suite.

Clair-Obscur, la première réalisation de Rebecca Hall

 

Dans le premier film de Rebecca Hall, la jeune femme y aborde une thématique bien particulière pour elle. Il s’agit du ‘’passing’’, un procédé dont fait usage une personne d’origine africaine qui souhaite se faire passer pour quelqu’un d’une peau blanche. L’actrice s’est alors embarquée dans ce script après avoir appris que son grand-père noir a dû jouer un homme blanc.

La fiction est tirée du roman ‘’Passing’’. Ce dernier a été en effet écrit par une écrivaine américaine métisse du nom de Nella Larsen. Il faudra compter près d’un siècle avant que le roman original publié en 1929 pour la première fois ne puisse avoir une adaptation cinématographique.

Suite à sa diffusion en avant-première durant le Festival de Sundance en janvier dernier, Netflix ne restera pas indifférent. C’est alors que la plateforme de streaming s’est accordé le privilège d’acquérir les droits de diffusion du long-métrage.

Le ‘’passing’’ au cœur du long-métrage Clair-Obscur

À l’époque du ‘’passing’’, les Afro-Américains dont la peau était très claire étaient obligés de se faire passer pour des blancs. L’objectif, c’était de pouvoir bénéficier de certaines facilités et être moins visés par le racisme. Ce dernier était malheureusement très accentué au cours du 20e siècle.

Toutefois, cette démarche ne rendait pas toujours la vie aisée à celui qui l’employait. En effet, une fois qu’on se fait passer pour un blanc, la pression psychologique devient très importante. On se retrouve alors dans la crainte constante que ses origines véritables soient découvertes et exposées. À cela, il faut ajouter qu’il fallait rompre ses liens avec les racines familiales.

Deux amies et deux vies différentes

 

Clair-Obscur plonge les téléspectateurs dans le New-York des années 20. Le long-métrage sera focalisé sur les retrouvailles entre deux anciennes amies métisses ayant grandi dans la ville de Chicago. Il s’agit entre autres d’Irène Redfield et de Clare Kendry.

L’une de ces dernières a une peau très claire, se faisant passer pour une blanche dans l’optique d’épouser un richissime homme. La seconde s’est mariée quant à elle à un homme noir, un médecin de profession.

Cependant, les deux femmes métisses cultivent une fascination pour chacune de leur vie. L’histoire d’Irène et de Clare démontre comment les personnes afro-américaines avaient un quotidien très complexe.

À cette époque, il n’était pas facile de se faire une place au sein d’une société blanche purifiée. La réalisation s’est d’ailleurs penchée sur une illustration du film en noir et blanc pour une meilleure contextualisation.

Dès ce 10 novembre 2021, Clair-Obscur sera disponible sur la plateforme de streaming Netflix. Les abonnés de cette dernière peuvent donc déjà profiter de la première fiction de Rebecca Hall.

Afficher Masquer le sommaire
Accueil » Série Tv / Film » Netflix » Clair-Obscur : A la découverte du premier long-métrage de Rebecca Hall… ça promet !