Dans l’esprit de 50 Nuances et Bridgerton, Netflix lance un nouveau film très sensuel à découvrir à deux !

Le cinéma compte plusieurs adaptations plus ou moins connues du célèbre roman de David Herbert Lawrence : L’Amant de Lady Chatterley. Il allait tellement à l’encontre des principes de son époque qu’il n’a pas pu être découvert par le grand public avant plusieurs décennies.

Il faut dire que l’auteur y aborde un sujet plutôt sulfureux : la découverte des plaisirs sensuels (et sexuels) par une jeune aristocrate, à l’époque victorienne, dans les bras d’un garde-chasse, qui porte même le nom « d’homme des bois » dans la première version du livre traduite en français.

Aujourd’hui Netflix diffuse une nouvelle version cinématographique de ce roman longtemps censuré à cause de son « obscénité », mise en scène par la réalisatrice française Laure de Clermont-Tonnerre, à qui l’on doit notamment la série The Act avec Patricia Arquette, Joey King et Chloë Sevigny.

Lady Chatterley : l’histoire racontée sur Netflix

L’histoire de Lady Chatterley et de son amant se déroule à une période où la séparation des classes est très marquée dans le royaume d’Angleterre. Sir Clifford Chatterley (Matthew Duckett) est un grand propriétaire terrien qui vit une vie très confortable, comme tout lord de son temps qui se respecte.

Il épouse une jeune femme correspond aux standards de son statut social, c’est-à-dire réservée, aimable et souriante, Constance (rapidement appelée « Connie » dans le film de Laure de Clermont-Tonnerre), dont le rôle est tenu avec brio par Emma Corrin, que l’on retrouve dans une production Netflix après son rôle de Lady Diana dans la série The Crown. Mais la Première Guerre mondiale éclate et le jeune lord doit, comme tout patriote anglais, y participer.

Il en reviendra blessé, infirme mais aussi impuissant sexuellement. La tristesse et l’abattement de Constance vont bientôt laisser place à l’insatisfaction et à la frustration. C’est avec le garde-chasse de la propriété, Oliver Mellors (Jack O’Connell) qu’elle finira par découvrir enfin la vie, dans une relation particulièrement sensuelle qui lui offrira un bonheur, pourtant difficile à vivre dans une société sclérosée.

Un film qui fait penser à d’autres productions

La réalisation d’un film comprend la direction des acteurs, mais pas seulement : l’ambiance créée par les décors et la lumière y jouent aussi un rôle crucial. Dans Lady Chatterley c’est justement cela qui permet au jeu des acteurs de dévoiler tout son potentiel.

La sensualité des rapports qui s’instaurent graduellement entre les deux amants est augmentée par le clair-obscur comme par la pluie, sans compter la forêt qui leur offre un lieu secret dans lequel Connie apprend petit à petit à devenir une femme, pleinement consciente de son désir et assumant au fil des scènes ses envies sexuelles de plus en plus librement.

L’interdit lié à l’époque et à l’étiquette, tout c’est le cas comme dans La chronique des Bridgerton, ajoute une excitation particulière dans la volonté de Constance de se livrer pleinement dans sa relation avec Oliver, mais aussi dans l’attente des spectateurs.

De plus à l’instar des 50 Nuances (…), c’est la sensualité pleine et entière qui est à l’oeuvre, elle se joue tout en finesse mais n’est pas moins poignante et finit de la même manière par happer les deux personnages, qui dès lors s’autorisent à vivre dans un univers unique, entier, où le corps et ses plaisirs sont rois.

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis

Accueil » Série Tv / Film » Netflix » Dans l’esprit de 50 Nuances et Bridgerton, Netflix lance un nouveau film très sensuel à découvrir à deux !