TPMP : Cyril Hanouna pousse un énorme coup de gueule après les propos de Gilles Verdez au sujet des abattoirs

Alors qu’une vive discussion a commencé sur le plateau de TPMP, Cyril Hanouna recadre sévèrement l’un de ses chroniqueurs.

Ce jeudi 28 octobre 2021, Cyril Hanouna, a reçu un militant de l’association L214 sur le plateau de son émission Touche Pas à Mon Poste diffusion sur C8. À cette occasion, commence un vif débat sur la maltraitance des animaux au sein des abattoirs. Gilles Verdez donne un avis que n’a particulièrement pas apprécié Cyril Hanouna. Le ton est rapidement monté entre les deux hommes.

Association L214 : grandement engagé dans la cause animalière

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Cyril Hanouna (@cyrilhanouna)

De son nom complet L214 éthique et animaux, l’association créée le 14 mars 2008 est fortement impliquée dans la protection des animaux. Comme le stipule l’article L214, du code rural et de la pêche maritime, dont l’association tire d’ailleurs son nom, les animaux étant des êtres sensibles se doivent d’être mis dans des conditions adéquates avec leurs espèces, par leurs propriétaires. Dès lors, pour garantir la sécurité des animaux et le respect de cette loi, l’association s’active régulièrement dans la surveillance de ce qui se passe dans les abattoirs où chez les éleveurs d’animaux. Elle a ainsi rapporté quelques images filmées par les caméras cachées pour justifier le nom respect de l’article L214 par plusieurs abattoirs.

Grâce à ce travail vivement salué, le parlement a voté un projet de loi qui contraint chaque abattoir à installer des caméras en leurs seins de surveillance afin que soit vérifié le traitement qu’ils réservent aux animaux. Mais malgré les exigences de cette loi, les choses n’ont pas complètement changé, puisque l’association à une nouvelle fois publié des vidéos qui ont vivement choqué beaucoup de personnes.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Leeroy (@leeroy.edvige)

Cyril Hanouna pas d’accord avec Gilles Verdez

Ainsi, ce jeudi 28 octobre 2021, Cyril Hanouna recevait, un certain Thomas Saïdi, un militant très impliqué dans l’association L214. En effet, pendant plus de 4 mois, celui-ci s’est infiltré dans un abattoir pour y faire de la surveillance pour le compte de son association. Sur le plateau de Touche Pas à Mon poste, il raconte cette expérience d’espionnage unique qu’il a vécu. Il a commencé par expliquer à l’assistance frappée de stupeur, la simple manière par laquelle il avait été embauché. Ainsi, c’est sur les seules bases d’un baccalauréat et d’un entretien d’embauche pendant lequel il s’était décrit comme un être sauvage qui n’a pas peur du sang et qui sait correctement manier le couteau qu’il aurait réussi à décrocher une place dans l’équipe. Déjà là, la plupart des auditeurs du jeune homme étaient horripilés, puisque son histoire ressort le caractère violent recherché par les abattoirs lors des entretiens d’embauche.

 

Sur le plateau, un vif débat s’anima aussitôt, et comme d’habitude, deux camps se forment rapidement avec des avis différents sur la question. C’est alors le moment pour un certain Giles Verdez de prendre la parole et de déclarer que pour remédier aux mauvais traitements des animaux, il fallait simplement fermer les abattoirs. Des propos qui ont très vite causé un bug au système de Cyril Hanouna. L’animateur ne conçoit pas du tout les propos de son chroniqueur, et il le lui a tout de suite fait savoir. En effet ce que reproche Cyril Hanouna à Gilles Verdez est l’aspect impitoyable de la solution que ce dernier propose. Pour le présentateur, il ne fallait pas plus défendre les animaux que les humains. Puisque la fermeture des abattoirs impliquerait le chômage. Alors que de milliers de familles dépendent de cette industrie de la viande, et Gilles Verdez veut tout simplement les envoyer dans la misère. Une idée déplorable pour Cyril Hanouna !

Afficher Masquer le sommaire
Accueil » Série Tv / Film » Télévision » TPMP : Cyril Hanouna pousse un énorme coup de gueule après les propos de Gilles Verdez au sujet des abattoirs